Un compromis à l'amiable ?

Publié le par anti-spanc

La Principauté de Montpoulet s'acquitte déjà auprès de son suzerain l'État français d'une dîme d'environ 9000 € en impôts divers. Il est vrai que cela ne suffit pas à payer les menus frais (et les vacances en famille selon Médiapart) du député de la circonscription du sud, mais cela représente une part substantielle des revenus des Pouletmontois et de très loin leur plus gros poste de dépenses.

Elle n'en conteste pas la légitimité puisque c'est l'État français qui lui fournit son électricité et son internet très haut débit, qui lui indique où aller déposer les rares déchets qu'elle produit, déneige son chemin d'accès et promet de la défendre en cas d'attaque aérienne (pour une attaque terrestre, elle se débrouille toute seule).

Par contre elle refuse de se fendre d'une gabelle incongrue, inique et agrammaticale dans ces courriers, destinée à financer les fonctionnaires du SPANC. En effet, considérant qu'elle finance déjà l'assainissement collectif, par le biais des investissements et de l'entretien par les employés communaux, et qu'elle a elle-même financé son assainissement « non-collectif » suivant les normes qu'on lui indiquait, elle conteste la légitimité de cette surtaxe (et même sa constitutionnalité en cela qu'elle viole le droit de propriété) et se refuse à l'honorer depuis plus de deux ans.

Les services de recouvrement de l'État français la menace donc de poursuites à 20 ou 30 jours. Mais comme les menaces n'ont jamais été suivies d'effet, la Principauté y voit là une manière d'ouverture à transiger. D'un naturel aimable et portées aux compromis, les autorités de Montpoulet proposent donc de couper la poire en deux  et de régler la « facture » avec sa propre devise : l'UMP ou Unité de Monnaie du Pape.

DSCN2008.JPG

 

Suite à la récente dévaluation de l'Euro, il faut actuellement 5 UMP pour 1 €. La somme serait donc de 150 UMP répartie en deux bouquets qui auraient le mérite de donner un air champêtre aux bureaux de la Trésorerie et du Spanc. Vous voudrez bien indiquer par retour de courrier à quelles date et heure, la livraison des bouquets pourrait être effectuée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article